Bientôt deux ans à la tête de la Fédération béninoise de tennis de table (Fbtt) et déjà, les objectifs assignés sont en train d’être atteints. C’est ce qui ressort de l’entretien exclusif que nous a accordé, Ferdinand Sounou, président de la Fbtt. Dans cette interview, le patron de la Fbtt fait le bilan à mi-parcours et a  levé un coin de voile sur le niveau du tennis de table au bénin. Lisez plutôt !!!    

Bonjour président. Vous êtes le premier responsable de la Fbtt. Quel bilan peut-on dresser à mi-parcours de votre mandat ?

Je pourrai dire qu’à mi-parcours, le  bilan est plus ou moins positif. Depuis février 2014 jusqu'à ce jour, nous avons réalisé beaucoup d'activités au plan national, sous régional et international. Nous étions présents à Gaborone pour les Jeux de la jeunesse en mai 2014. Nous avons pris part au tournoi de la Solidarité à bamako en février 2014 puis au tournoi de Lagos en juin sans oublier le tournoi de la zone 3 à Lomé. Le Comité exécutif s’est également déplacé en Chine pour un camp de renforcement de capacité pour deux mois. Nous avons pris part aux Championnats africains, egypte 2015 puis au tournoi de classement en mars 2015 à Lagos. en avril 2015, nous avons pris part aux championnats mondiaux en Chine. Au niveau national, nous avons pu reprendre les entraînements à la Maison des Jeunes de l'Unafrica avec un programme de formation aux jeunes pongistes et organiser les championnats nationaux des U13, U15, U20 et Senior clôturés par le tournoi international blaise Soglo, édition 2014. Les résultats sont satisfaisants et le niveau s'améliore.

> Il vous reste encore 90% de cet article à lire, Achetez le Magazine de Octobre 2015 !

Exempt du premier tour des préliminaires de la Coupe du monde  2018, le bénin affrontera, dans une double confrontation, le burkina-Faso. Une rencontre où le vaincu dira adieu à la compétition. A quelques semaines de la manche aller de ce match, c’est la veillée d’arme du côté des états-majors qui peaufinent leurs préparations à travers les éliminatoires de la Can Gabon 2017 et autres journées Fifa.

bénin # burkina-Faso puis burkina-Faso # bénin!!! Deux rencontres à l’allure de finale qui s’annoncent décisives pour les deux pays. Puisque, le vainqueur de cette double confrontation poursuivra l’aventure des éliminatoires du mondial russe de 2018. L’intégration en phase de poule sera donc en ligne de mire. Si sur papier, les etalons du burkina-Faso partent avec la faveur des pronostics, Frédéric Gounongbé et les siens auront leur mot à dire, pourvu que le calme revienne dans la famille du football béninois ; famille minée par une crise interne depuis le 27 mars 2015 suite au retrait d’agrément à la Fédération béninoise de football (Fbf). Dans ce contexte, la tâche s’annonce pénible pour le bénin. Mais faudra-t-il faire attention à une sélection béninoise en pleine reconstruction, disposant d’une génération  de jeunes joueurs ...

Dr Odjoube Basilia Epouse Ahouansou, Imageur Au Service de l’imagerie médicale du centre national hospitalier universel -CNHU- de Cotonou et secrétaire générale des travailleurs du CNHU - Syntra-CNHU- évoque quelques Raisons justifiant cette Réticence des béninois à s’orienter vers les méthodes contraceptives.

Le déséquilibre entre l’accroissement de la population et la croissance économique contribue à amplifier la pauvreté. Il limite les possibilités du gouvernement et des ménages à dégager les ressources nécessaires, d’une part, à la satisfaction des besoins essentiels et d’autre part, à l’amélioration de la productivité des ménages et des entreprises. Ainsi, des méthodes contraceptives ont été conçues pour permettre une maitrise de la démographie et réduire la mortalité maternelle et infanto-juvénile. Chose curieuse, malgré les efforts consentis par le gouvernement et les acteurs de la pyramide sanitaire, le Bénin a jusqu’à ce jour, la plus faible prévalence contraceptive de la sous-région.

Et pourtant ...

Au départ, fonds d’aide à la culture et aux loisirs, le Fonds d’aide à la culture(Fac), qui n’a plus dans son compte le volet loisir, se révèle aujourd’hui comme un outil efficace de développement culturel au Bénin. Son budget qui s’est accru avec le temps et accompagne un nombre important de créateurs d’œuvres de l’esprit, malgré les remarques qu’on peut faire au sujet de sa gestion. Selon le D/Fac, Blaise Tchétchao, le Bénin semble être le seul pays de la sous-région à avoir cette autonomie financière pour la gestion de sa culture, en dehors du Togo  qui a entrepris l’initiative, suivant l’exemple du Bénin.

Les artistes béninois se réjouissent aujourd’hui d’avoir à leur portée le Fonds d’aide à la culture(Fac), une institution qui favorise la réalisation de leur projet. Il s’agit d’une structure d’etat affiliée au Ministère de la culture qui octroie aux acteurs culturels des crédits à fonds perdu pour la concrétisation de leur rêve.

Il est de plus en plus constaté une certaine réticence de la jeunesse à convoler en juste noces. Très peu sont prêts à aller au mariage. Le mariage n’a plus une trop grande importance à leurs yeux. Ils en sont arrivés à ne plus y trouver un intérêt. Quelles sont les raisons qui ont conduit à cette situation ?

Il n’est plus un secret pour personne aujourd’hui que les jeunes ont du mal à s’engager dans une relation sérieuse pouvant aboutir au mariage. Ce qui, entre temps, était une joie, une complicité, un signe de bonheur et d’union de deux familles est devenu aujourd’hui la bête noire de la couche juvénile. Mais qu’est-ce-qui a changé ? Pourquoi les jeunes refusent-ils de se marier ?

Le mariage! Un acte notoire, solennel par lequel un homme et une femme s’engagent à vie, pour fonder ensemble une famille. Auparavant, les gens se mariaient et y consacraient toute leur vie, sans jamais se plaindre.  Ils se dévouaient l’un à l’autre, et passaient toute leur vie ensemble dans le bonheur comme dans le malheur. Mais aujourd’hui, force est de constater que les jeunes ont une certaine réticence au mariage. Ils préfèrent mener une vie de « libertin», que de s’engager. Et quand on leur pose la question de savoir pourquoi ce choix, ils avancent plusieurs raisons:

Le Tec-Cedeao ne détruira pas l’économie nationale.  Selon Elie Santos, le Représentant du Bénin dans le  comité conjoint  de gestion du Tec-Cedeao, le Bénin gagnera beaucoup après l’entrée en vigueur dudit tarif s’il améliore son tissu productif. Entretien.

Matin Libre : Le Tec-Cedeao est entré en vigueur le 1er janvier 2015. Mais, M. Santos  plusieurs citoyens de la Communauté ignorent encore de quoi retourne ce tarif.

Elie Santos : En clair, il faut dire qu’il y a un certain nombre de produits que nous importons qui vont se révéler un peu plus chers que ce que c’était par le passé. Ceci parce que les droits de douane payés à l’importation de ces produits ont été un peu réévalués. Mais techniquement, le Tarif extérieur commun de la Cedeao, c’est pour dire que désormais, pour les pays de l’espace, les droits de porte sont uniformisés. Les mêmes taux de droits de douane qu’on va imposer aux importateurs  lorsqu’ils décident d’entrer dans l’espace Cedeao par ...

Qu’est-ce que le Millennium Challenge Account ?

Deux ans après la Conférence Internationale sur le financement du développement qui s’est tenue à Monterrey (Mexique) du 18 au 22 mars 2002, le Président américain, George W. Bush met en place, une nouvelle organisation pour gérer l’aide au développement. Il voulait une structure distincte de l’USAID, quelque chose qui ressemblerait davantage à une entreprise privée qu’à un programme gouvernemental. Celle-ci aurait son propre Président et un Conseil d’Administration lequel, tout en rendant des comptes au Congrès et en incluant le Ministre des Affaires Etrangères, le Ministre de l’Économie et des Finances, le Représentant américain au commerce et l’administrateur de l’USAID, comprendrait aussi quatre représentants du secteur privé.

Le 09 septembre 2015 intervenait à Washington, la signature du deuxième programme du Bénin pour le Millenium Challenge Account. Cet accord de don est la dernière étape institutionnelle avant l’entrée en vigueur en 2016 de ce programme qui a été signé par le Ministre d’Etat chargé de l’Economie, des Finances et des Programmes de Dénationalisation, M. Komi Koutché et Mme Dana J. Hyde, directrice exécutive du Millenium Challenge Corporation sous l’égide du Président de la République, M. Thomas Boni Yayi et du Vice-Président des Etats-Unis d’Amérique, M. Joseph R. Biden. C’est un programme qui est axé essentiellement sur le développement de l’énergie électrique et ouvre des perspectives heureuses pour sortir le Bénin de la dépendance énergétique.

> Il vous reste encore 90% de cet article à lire, Achetez le Magazine de Octobre 2015 !

Tata Somba au Bénin et temple Tamberma au Togo, les Tata Somba sont un véritable chef-d’œuvre architectural. Un patrimoine commun au Bénin et au Togo ; il mérite d’être revalorisé afin de générer des devises pour l’économie des deux pays.

Les Tata Somba ou temple Tamberma sont des types de maisons situées dans le Nord-Ouest du Bénin ; ils se rencontrent également dans la région Nord-Est du Togo. Selon les écrits de Odile Puren pour La revue de Téhéran, les tata Somba que l’on ne rencontre nulle part ailleurs que le long de la chaîne de l’Atacora sont construits par des peuples nommés : Batammariba (ce qui signifie « les bons maçons » dans la langue ditammari. Ils sont originaires de la Haute Volta, l’actuel Burkina Faso. On les appelle Somba au Bénin et Tamberma au Togo. Hostiles à toutes formes de dominations, ils ont émigré par vagues successives entre le XVIe et le XVIIIe siècle pour s’installer dans le Nord-Ouest du Bénin et au Nord-Est du Togo.

Patrick Benon est, depuis décembre 2014, Directeur Général de Orange Botswana. Ce sont ses riches expériences accumulées dans plusieurs groupes internationaux et à la tête de Bénin Télécoms qui lui ont valu d’atterrir à ce prestigieux poste de responsabilité. Il est Ingénieur d’Etat des Télécommunications, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris (Télécom ParisTech). Il est aussi titulaire d’un Doctorat en informatique et en réseaux de télécommunications. Il a commencé sa carrière en France dans plusieurs groupes internationaux à l’instar de Schlumberger qui est le leader mondial en matière de service technologique dans le domaine pétrolier ; Accenture, l’un des leaders mondiaux en matière de conseil aux grandes entreprises en technologie ; notons par ailleurs, son passage à Oberthur, l’un des leaders mondiaux en matière de sécurité informatique et de carte à puce. Les conditions de son départ de la tête de Bénin Télécoms, la comparaison de la gouvernance au Botswana et au Bénin, les sacrifices consentis par le Bénin pour un meilleur taux de croissance économique et la présidentielle de 2016 sont les principaux sujets abordés avec Patrick Benon.

Page 1 sur 2