Hi-Tech

Patrick Benon est, depuis décembre 2014, Directeur Général de Orange Botswana. Ce sont ses riches expériences accumulées dans plusieurs groupes internationaux et à la tête de Bénin Télécoms qui lui ont valu d’atterrir à ce prestigieux poste de responsabilité. Il est Ingénieur d’Etat des Télécommunications, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications de Paris (Télécom ParisTech). Il est aussi titulaire d’un Doctorat en informatique et en réseaux de télécommunications. Il a commencé sa carrière en France dans plusieurs groupes internationaux à l’instar de Schlumberger qui est le leader mondial en matière de service technologique dans le domaine pétrolier ; Accenture, l’un des leaders mondiaux en matière de conseil aux grandes entreprises en technologie ; notons par ailleurs, son passage à Oberthur, l’un des leaders mondiaux en matière de sécurité informatique et de carte à puce. Les conditions de son départ de la tête de Bénin Télécoms, la comparaison de la gouvernance au Botswana et au Bénin, les sacrifices consentis par le Bénin pour un meilleur taux de croissance économique et la présidentielle de 2016 sont les principaux sujets abordés avec Patrick Benon.

Djalil ASSOUMA : DG de BENIN TELECOMS INFRASTRUCTURES SA

DJALIL ASSOUMA, directeur général de Benin Télécoms Infrastructures SA parle à travers cette interview, des réelles motivations qui ont sou tendus différentes réformes engagées au niveau de la structure pour la rendre plus opérationnelle et plus compétitive. Il n’a pas manqué de lever un coin de voile sur les perspectives heureuses qui lesdites réformes vont engendrer dans les années à venir la structure et pour le Bénin.

Monsieur le Directeur Général, on peut déjà vous dire félicitations puisque le Conseil des ministres a approuvé les avancées dans les réformes à Bénin Télécoms SA dont vous étiez jusque-là le Directeur Général. Quelles sont vos impressions à l’étape actuelle de l’évolution ?

Bénin Télécoms SA vient de créer une deuxième filiale Bénin Télécoms Services SA dont vous avez désormais, la charge. Qu’est-ce qui la différencie de  sa sœur, Bénin Télécoms Infra-structures ?

La différence entre ces deux structures réside dans le décret du Conseil des Ministres du mercredi 26 février 2014 qui a approuvé la réforme de BTSA.  Il y a été décidé : le maintien et la modi-fication de Bénin Télécoms SA, ainsi que son reposi-tionnement en tant qu’opéra-teur national d’infrastructures assurant la gestion du réseau dorsal, du réseau d’accès et la vente en gros de capacité ; cette structure devenant Bénin Télécoms Infrastruc-tures ;  la création d’une nouvelle filiale Bénin Télécoms Services SA, chargée de la vente des services (service internet, service voix, vente en détail de capacité, télé-phones fixes filaires et non filaires). La réforme culminera avec l’ouverture du capital et permettra à l’État de ne plus porter à bout de bras des sociétés évoluant dans un secteur hautement concur-rentiel.

Les différentes réunions des ministres en charge des télécommunications et des Tic de la zone Uemoa qui ont recommandé à la Commission d’accompagner les Etats-membres dans la conduite du programme de transition de l’analogique au numérique tardent à porter des fruits. Cinq ans après ces recommandations, aucun pays de cet espace n’a pu répondre au rendez-vous du 17 juin 2015. Et à l’allure où vont les choses, pour la plupart de ces pays, la nouvelle date qui a été prise pour décembre ne sera pas non plus la dernière.